Torrevieja est l’endroit parfait pour admirer une centaine d’espèces d’oiseaux, pour faire du vélo, et aussi bien entendu profiter du sable fin des plages de la Costa Blanca.

 

Plus d’informations sur Torrevieja, merveille de la province d’Alicante.

Extrait de l’article de Immo Vlan du 30/11/2021

Au cours des neuf premiers mois de cette année, pas moins de 2.454 Belges ont acheté une résidence secondaire en Espagne. Cela représente une moyenne de 68 par semaine, 9,7 par jour ou un toutes les 2,5 heures ! C’est ce qui ressort des derniers chiffres trimestriels des bureaux d’enregistrement espagnols qu’Azull (leader du marché belge de l’immobilier espagnol) a pu consulter.

Lire l’article complet sur le sujet ! 

Extrait de l’article du site lepetitjournal.com

Est-il encore judicieux d’acheter un logement en Espagne ? Des experts répondent à cette question et expliquent pourquoi ce pays du Sud de l’Europe reste une excellente destination pour acheter un bien immobilier, que ce soit comme placement financier, habitation secondaire ou principale, ou un mélange des deux. Découvrez dans cet article les avantages qui font de l’Espagne un endroit privilégié pour investir dans ce secteur.

Lire l’article complet sur le sujet ! 

Extrait de l’article « C’est le moment d’investir sur la Costa Blanca » paru le 30 mars sur http://www.lecourrier.es/

La Costa Blanca est l’une des zones du littoral espagnol dont les prix ne sont pas encore trop élevés et où il fait bon vivre. La somme de ces bonnes caractéristiques fond de cette région espagnole un marché immobilier dynamique où il fait bon investir.

Un des lieux les plus surprenants d’Espagne, à découvrir sans tarder !

Nous proposons des villas au bord de cette endroit absolument magique. N’hésitez pas à vous renseigner.

Les rumeurs quant à la possible ouverture prochaine du nouvel aéroport de Murcie-Corvera se font de plus en plus insistantes. Les autorités locales seraient enfin sur le point de signer avec un gestionnaire à la hauteur de l’enjeu. L’échéance de mi-2018 est même avancée.

>> Voir article au sujet de l’aéroport de Murcie-Corvera

Cette infrastructure, dont la construction est achevée depuis 2013 mais dont la mise en service a été retardée par la crise, ouvre de nouvelles perspectives de développement pour la région de la Mar Menor. Encore peu connue des touristes européens, cette zone possède en effet tous les atouts pour des vacances en famille réussies ou une retraite au soleil. La région bénéficie d’un microclimat exceptionnel, même en hiver. Ses eaux chaudes et peu profondes en font l’endroit idéal pour les amateurs de sports nautiques tels que le kite surf, la plongée ou la voile. Les moins sportifs apprécieront quant à eux les belles plages de sable blanc et la promenade piétonne qui s’étend sur des dizaines de kilomètres.

Par ailleurs, les villas en bord de mer ou les appartements près des golfs sont de plus en plus prisés par les acheteurs étrangers. En effet, les infrastructures environnantes (routes, hôpitaux, centres commerciaux, golfs, parcs naturels, etc.) sont parfaites et les prix demeurent attractifs. Il est encore possible de trouver des villas neuves avec 3 chambres et piscine privée à 500 mètres de la plage pour à peine 230 000 euros.

L’entrée dans la Mar Menor se fait par la petite ville pittoresque de San Pedro de Pinatar, connue pour son port de plaisance et de pêche, mais surtout pour ses salines et ses bains de boue aux vertus exceptionnelles. Des passerelles en bois permettent à tout un chacun de profiter gratuitement de ces boues salines bienfaisantes, puis d’aller se faire sécher sur la plage de sable fin située juste en face.

Un peu plus loin, la ville de Los Alcazares déborde d’activité toute l’année, avec son centre-ville ancien en bord de mer, sa belle promenade maritime, ses grandes allées commerçantes bordées de palmiers et ses excellents restaurants servant les spécialités locales à base de poisson.

Un atout supplémentaire de la région réside dans sa proximité avec les villes historiques de Murcie et de Carthagène, ainsi qu’avec des curiosités naturelles telles que « la Manga » et le « cabo de Palos ».

Les belles montagnes de Murcie et le parc naturel de Calbanque complètent le décor, avec des criques de sable fin désertes adossées aux montagnes de Las Cenizas.

Découvrez ce havre de beauté avec CapSud Espagne. Nous vous conseillerons au mieux pour votre achat immobilier dans la région et pour sa gestion ensuite.

Villas bord de mer : La Mar Menor

Nouvelles villas bord de mer , à 400 mètres d’une très belle plage de sable fin
Clos de villas neuves: 3 chambres, 2 sdd , living et cuisine équipée, grande terrasse et solarium, piscine privée incluse .
A distance à pied des restaurants, des commerces, de la plage , c’est un rêve de vie espagnole …
N’attendez pas plus longtemps , pour 230.000 euros, avec l’emplacement parking en sous sol et la cave !plus que 9 villas disponibles
Nous vous accompagnons sur place pour toutes les démarches et le suivi après -vente avec notre agence locale.

 

Découvrir le bien >>

L’organisation mondiale de la santé a indiqué que la Costa Blanca Sud offre l’un des meilleurs climats du monde pour la santé.

Parmi les raisons qui décident de nombreux Belges à investir en Espagne, le climat reste l’une des caractéristiques principales à ce nouveau choix de vie, particulièrement pour les personnes qui souffrent d’arthrite ou d’arthrose.

« One of the most environmentally perfect climates in the world. »

Au sud-est de l’Espagne, ce climat sec, ensoleillé et chaud même en hiver combiné à une faible humidité atmosphérique aide à lutter contre l’arthrose, l’arthrite autres pathologies liées aux articulations. La qualité de l’air y est excellente et la présence des marais salants renforce l’effet thérapeutique ambiant.
Les conditions météorologiques favorables au sud de la Costa Blanca améliorent véritablement l’efficacité du traitement de ces maladies rhumatologiques. Ce climat particulier atténue sérieusement les douleurs des personnes qui souffrent de douleurs articulaires.

Le soleil encourage l’activité physique extérieure

La pratique régulière, et même quotidienne, d’un sport s’impose parmi les méthodes naturelles qui apaisent les maux liés aux pathologies qui touchent les articulations.

Les hivers doux et l’ensoleillement qui caractérisent la météo de la Costa Blanca Sud encouragent nettement celles et ceux qui souffrent de rhumatismes à activer leurs muscles tous les jours avec une activité ludique physique extérieure, au bord des plages de sable, comme le vélo, la marche, le jogging, le golf, etc.

Les muscles et les tissus deviennent forts et souples. Ils protègent et soutiennent ainsi les articulations et atténuent la douleur.

La lumière, c’est bon pour le moral!

Et puis, c’est bien connu: la lumière influence positivement le moral des troupes! Avec environ 300 jours d’ensoleillement par an, le Sud de la Costa Blanca offre une vraie cure de luminothérapie à deux heures de vol de Bruxelles à peine. Ca fait rêver, pas vrai?

Témoignage

Georges de Namur: « Quand  je viens passer l’hiver à Vilamartin, mes douleurs au genou disparaissent après quelques jours sur place. De plus j’ai l’occasion de faire du vélo toute l’année sur les longues pistes cyclables équipées… »

Un climat doux et propice à l’activité extérieure pour votre seconde résidence vous tente? Découvrez nos biens immobiliers à vendre à la Costa Blanca Sud.

Découvrez notre article du 10 août 2016 paru dans la DH et qui traite de « comment acheter un bien à l’étranger ».

Nous nous penchons bien entendu, principalement sur les biens espagnoles…

Un coup de cœur lors de vos vacances ? 

Peut-être êtes-vous tombé durant vos récentes vacances sous le charme d’un petit village provençal, d’une plage de la Costa Brava ou encore d’une villa toscane.

Un coup d’œil aux annonces des agences immobilières locales vous a permis de découvrir quelques petites perles, à des prix somme toutes abordables. Alors, pourquoi ne pas franchir le pas et acheter un bien à l’étranger ?

C’est même devenu assez courant, à tel point que près d’une dizaine de Belges achètent en moyenne chaque jour un bien en Espagne. Reste la grosse question : comment financer un tel achat ? Votre banquier… belge sera sans doute votre partenaire privilégier.

La suite en image.

>> Article 01 

>> Article 02

Acheter en Espagne ?

En quatre ans, les prix des logements ont chuté aux alentours de 20 % dans la péninsule ibérique. Et la baisse pourrait continuer au moins jusqu’en 2015. Voici nos conseils pour toute savoir des opportunités à saisir en Espagne… et des pièges à éviter.

 

Une maison avec trois chambres, proche de la mer dans la région de Valence, mise en vente à 100.000 euros… la valeur d’un studio à Nice. Depuis 2008, les prix des logements ont dramatiquement chuté en Espagne. On comprend pourquoi la clientèle étrangère est très friande, ces dernières années, du marché immobilier espagnol. En tête des acheteurs: « les Anglais, les Allemands, les Européens du Nord ainsi que les Russes », constate Nicolas Tarnaud, expert en immobilier européen. Français, faut-il également saisir cette opportunité de devenir propriétaire d’un bien de l’autre côté des Pyrénées? Nos réponses.

 

De combien les prix ont-ils baissé ?

Après avoir bien plus que doublé (+155%) en dix ans, les prix de l’immobilier se sont effondrés avec l’éclatement de la bulle en 2008. « Au début, la baisse a été très marquée, elle était de 8% chaque année, puis elle est passée aux alentours de 6% », indique Danielle Schweisguth, économiste à l’OFCE. Pour se retrouver à 6,8% en 2011, la quatrième année de baisse consécutive. Depuis l’éclatement de la bulle, « les prix ont reculé de 15% à Barcelone, de 22% en Andalousie, de 25% aux Baléares et aux Canaries », indique Nicolas Tarnaud, expert en immobilier sur le marché européen. « La baisse est encore plus marquée sur les régions côtières de la Méditerranée comme la Costa del Sol où elle est de 35% », note Cesar Oteiza, président du réseau immobilier idealista.com(l’équivalent de Seloger.com en Espagne). Sur l’ensemble de l’Espagne, le prix du mètre carré s’établit aux alentours de 2084 euros le m2, contre 2578 euros en France. Il tourne autour de 2 300 euros dans la capitale, alors qu’il est de 8 390 euros à Paris…

 

La baisse va t-elle continuer ?

Le marché va continuer à se corriger, notamment en raison du stock de logements excédentaires que l’on estime à plus de 800.000 (neuf et ancien). A cela s’ajoute la crise économique et financière qui fait toujours rage, aggravée par les plans de rigueur. Tous les indicateurs sont au rouge : le taux de chômage flambe, les saisies immobilières se multiplient, et les constructeurs mettent la clé sous la porte…Le nombre de transactions continue de chuter : -32% en février par rapport à février 2011, rapporte mercredi l’institut national de la statistique en Espagne. Résultat, « la baisse du prix du mètre carré pourrait s’établir aux alentours de 1440 euros d’ici à 2014 », estime Danielle Schweisguth. Un avis partagé par Nicolas Tarnaud: « si la conjoncture ne s’améliore pas, le marché va continuer à baisser de 5 à 15% suivant les régions dans les trois prochaines années ».

 

Où peut-on faire de bonnes affaires ?

Pour Santiago Mari Ribas, avocat et urbaniste en Espagne, il est conseillé d’attendre la chute des prix dans les zones où la demande est excédentaire comme sur la Costa del Sol. En revanche, c’est le bon moment d’investir « dans une zone où la demande n’est pas excédentaire et le bien rare ». C’est le cas à Formentera et Ibiza où « les prix sont au plus bas ». Pour des grandes capitales telles que Madrid et Barcelone, « c’est le moment de s’y intéresser », estime Nicolas Tarnaud. « Le marché immobilier espagnol n’a jamais été aussi attractif pour les Français. Dans les régions de Catalogne, Valence, d’Andalousie, de Séville -qui représentent 60% des ventes- l’acheteur peut y trouver de très bonnes opportunités pour des biens de standing bien localisés ». Exemple à l’appui, un appartement de 60m2 acheté sur les Ramblas, la rue principale au coeur de Barcelone, s’est récemment conclu à 150 000 euros. « Les prix à Barcelone et à Madrid sont deux à trois fois moins chers qu’à Paris pour des biens similaires », indique M.Tarnaud.

Autre raison d’investir: la taxe foncière qui reste 30% moins chère en Espagne. Enfin, les affaires sont possibles car l’heure est au rabais. Le contexte baissier laisse place à la négociation. « Il faut négocier les prix et faire des offres agressives », indique Cesar Oteiza. C’est d’ailleurs pour cette raison, selon lui, qu’il ne faut pas attendre la fin de la baisse. « Face à des vendeurs pressés tels que les banques, les acheteurs ont la main et les remises peuvent aller de 15 jusqu’à 20% », renchérit Nicolas Tarnaud. Avant de poursuivre, « Crise oblige, les banques doivent faire de nouvelles concessions pour conclure la vente ».

 

Quels sont les pièges à éviter ?

Il faut bien sûr investir dans un lieu bien desservi, surtout s’il s’agit d’un investissement locatif. L’idéal pour acheter en Espagne, c’est de le faire à proximité d’une capitale, de la vie nocturne et culturelle, mais aussi dans un bâti de qualité. Rappelons que l’Espagne a construit massivement des logements. En 2004, la péninsule ibérique a construit 700 000 logements, soit autant que la France et la Grande Bretagne, alors qu’elle n’a que 40 millions d’habitants. Résultat, il existe ce que l’on appelle les « villes fantômes », comme El quinon, près de Cordoue, rapporte le journal l’Echo. Ces endroits sont à fuir, tout comme les résidences sur les régions côtières. L’exemple phare est la Costa del Sol où beaucoup d’immeubles des années 70-80, proches de la côte présentent de nombreux défaut et sont de mauvaise qualité. Pour preuve, ils ont subi d’importantes décotes.

Acheter une maison en Espagne ?

De plus en plus de Belges achètent une maison à l’étranger.

Acheter une maison en Espagne séduit de nombreux propriétaires, tout comme la France. L’éclatement de la bulle immobilière ou la désertification de certaines régions plus rurales entraînent une chute des prix. Autre raison: les gens cherchent à éviter l’augmentation des taxes sur les résidences secondaires chez nous

 

En 2013, 2 501 Belges ont acquis une résidence secondaire en Espagne. Cela représente 3 804 maisons, villas ou appartements. Et pour les trois premiers mois de 2014, 1 057 propriétés espagnoles ont déjà été vendues à des Belges, soit une hausse de 27% par rapport à la même période l’année dernière. L’explication? En Espagne, les prix des habitations ont baissé continuellement en Espagne depuis l’éclatement de la bulle immobilière (-37% sous le pic de 2008).

 

France, Turquie, Grèce et même Autriche aiguisent aussi l’intérêt des propriétaires belges. Ces derniers sont d’ailleurs 140 000 à posséder une maison à l’étranger. Un marché en pleine croissance. Pour preuve, l’existence de Second Home, le salon de la seconde résidence, qui aura lieu du 26 au 28 septembre à Brussels Expo.

 

Pour acheter une maison en Espagne, rendez-nous visite du 26 au 28 septembre !

Les Belges n’ont jamais été aussi nombreux à acheter une habitation en Espagne que l’année dernière. En six ans de temps, leur nombre a en effet quintuplé, à 3.804. Aucun pays ne fait mieux proportionnellement à son nombre d’habitants, lit-on mardi dans De Tijd.

 

En 2013, 2.833 Belges ont acquis une seconde résidence en Espagne, surtout sur la Costa Brava. Un chiffre multiplié par sept depuis le début de la crise. Les achats d’une habitation comme résidence fixe y ont quant à eux été multipliés par trois, à 971.

 

Cet intérêt croissant des Belges est simple à expliquer:

Les prix de l’immobilier ont fortement chuté ces dernières années en Espagne. Dans la région de Valence, le Belge payait une habitation en moyenne 129.448 euros l’année passée.